Actualités

Combien va coûter le nouveau contrôle technique ?

  • par Elise
  • 23 avril 2018

 

Au 20 mai prochain, un nouveau contrôle technique est mis en place dans tous les centres agrées. L’examen sera plus exigeant et plus approfondi, avec une augmentation des points de contrôle, et le risque d’immobilisation du véhicule dès lors que celui-ci présentera l’une des 127 défaillances critiques recensées.

À lire aussi : Contrôle technique : plus sévère et plus cher à partir de mai 2018

 

Un allongement de la durée… et du prix

Résultat direct de cette réforme : le contrôle technique va durer une quarantaine de minutes, contre une trentaine aujourd’hui. 
Surtout, il coûtera environ 15% plus cher. La première visite, qui revient en moyenne à 65€ aujourd’hui (entre 50 et plus de 85€ selon les villes), va atteindre au 20 mai un prix moyen de 76€, selon les professionnels du secteur interrogés.

La contre-visite, qui dure en moyenne 15 à 20 minutes, et qui doit être effectuée dans les deux mois suivant la première visite, va également coûter plus cher. Actuellement souvent gratuite, ou facturée 14€ en moyenne (entre 10 et 25€), le prix d’une contre-visite risque prochainement de doubler (entre 25 et 30€).

 

Camionnettes et vans aménagés

Par ailleurs, les camionnettes aménagées homologuées VP (voiture particulière) ou CTTE (véhicules utilitaires de moins de 3,5 tonnes) seront recalées. À moins d’installer des équipements amovibles dans son véhicule le temps de l’examen, pour ainsi conserver la mention VP ou CTTE sur sa carte grise, les particuliers devront obtenir une homologation VASP (véhicule automobile spécifique). Une démarche qui coûtera entre 600 et 700€

 

Immobilisation du véhicule : soyez vigilants

Le contrôle technique donne aujourd’hui lieu à deux résultats : favorable (des défauts mineurs peuvent être relevés), ou défavorable si des défauts majeurs sont notés, ce qui exige une contre-visite. À partir du 20 mai, un troisième résultat sera possible : défavorable pour défaillance critique, si une anomalie présente un danger immédiat pour le conducteur et passager(s) du véhicule, les autres usagers de la route, ou l’environnement. 

Une vignette sera alors collée sur le pare-brise, et sera valable pour le reste de la journée, le temps de déposer le véhicule dans un garage. Passé ce délai, le véhicule n’aura plus le droit de rouler, le propriétaire disposera alors de 2 mois pour le faire réparer et le présenter à une contre-visite. En cas de non respect de ces instructions, il pourra encourir une amende d’un montant de 135€.

 

Source : Capital